09
Fév

Retour sur la première rencontre du DESIGNER CLUB

Toute la richesse des designers transfrontaliers au service des entreprises
 !

Orienter le design et l’innovation vers les entreprises en proposant une plate-forme accessible aux professionnels de la filière et surtout réussir grâce à son réseau transfrontalier : la première rencontre du DESIGNER CLUB, une des actions phare de TRIPOD-II , s’est organisée le 9 février.
« Réussir grâce à son réseau transfrontalier » : tel était le thème de la première réunion du DESIGNER CLUB de TRIPOD-II . Cet évènement a réuni plus de 70 designers français et belges le 9 février dernier, dans les locaux de l’INRIA, organisme public de recherche dédié aux sciences et technologies du numérique, au sein d’Euratechnologies à Lille. Leur mission : imaginer les meilleurs moyens de mettre le design au service des entreprises.
Cette demi-journée a donc permis de présenter certains projets menés de part et d’autre de la frontière.

A commencer par le Club 5×5 à Courtrai qui associe cinq entreprises, cinq designers seniors et cinq juniors pour élaborer des process et déboucher sur des innovations. « Nous avons lancé le projet avec l’entreprise Elasta durant la biennale du design en octobre dernier », ont expliqué Yvette Plaisier et Sander De Clercq, à la tête du groupe TEN. « Nous travaillons déjà à concevoir une bande élastique contenant des pistes conductrices, optimisées pour l’application de leds multicolores. Nous imaginons déjà que ce produit puisse être utilisé sur les vêtements pour une meilleure visibilité ou pour des systèmes de localisation et de gestion des foules ».

APPORTER LE DESIGN AU CŒUR DE L’ENTREPRISE

Pour Hervé Grolier, à la tête de l’entreprise CréeArte basée à Denain (France, près de Valenciennes) et directeur de la section Design de Rubika à Valenciennes, « TRIPOD a énormément à apporter à l’économie transfrontalière car il y a beaucoup à faire pour apporter le design jusqu’au cœur de l’entreprise, pour former les futurs designers et s’adapter à un marché qui ne cesse d’évoluer : le design ne se résume plus simplement à dessiner les objets mais il apporte désormais une énorme valeur ajoutée au business d’une entreprise ».
Grâce à TRIPOD-II , les réseaux de designers vont pouvoir se démultiplier pour proposer un réseau d’experts hors normes aux entreprises. « Les designers possèdent chacun leur spécialité », a poursuivi Barbara Larcin du centre de formation Design Innovation à Charleroi, un des partenaires de TRIPOD-II . « Nous avons bien conscience que ce n’est pas évident pour les sous-traitants ou les distributeurs de s’y retrouver mais ils doivent avoir confiance en notre capacité à co-créer, entre professionnels et avec les écoles, pour faire aboutir toutes sortes de projets. Le design propose des solutions sur-mesure, en assurant une croissance à long terme ».
Yves Voglaire, créateur du réseau DesignEnJeu basé à Bruxelles, le confirme : « Je ne pourrais pas travailler sans réseau. DesignEnJeu s’adresse à la fois aux designers mais aussi aux fournisseurs, aux collaborateurs, aux partenaires, etc. En étant centré sur la complémentarité des compétences, nous sommes capables de mobiliser une foule de talents, allant des sciences humaines à l’ingénierie, de la gestion de projets à la communication autour de l’innovation. » Et justement TRIPOD-II entend bien fédérer un réseau aux compétences multiples, en construisant un trait d’union entre la France et la Belgique, en gardant toujours l’esprit ouvert aux évolutions.

LE DESIGNER CLUB RÊVÉ

A travers une séance de co-création grandeur nature, plus de 70 designers présents pour le lancement du DESIGNER CLUB, ont donc esquissé ce que serait le club de leurs rêves. Des groupes de six à huit personnes se sont constitués pour laisser libre-cours à leurs idées. Lors de la mise en commun des résultats, tous les participants se sont retrouvés sur la notion essentielle d’ouverture vers le monde extérieur : faire des rencontres notamment avec les industries et les sous-traitants, recruter des designers, pouvoir faire appel à des compétences extérieures, expliquer comment le design peut révolutionner une entreprise, adopter un même langage, faire comprendre les spécificités de chacun, fonctionner comme une équipe au service du business, etc.

« Plus nous arriverons à expliquer en quoi le design est une stratégie essentielle au sein de l’entreprise, plus nous réussirons à expliquer la spécificité de chacun de nos métiers », glisse-t-on à une table. « De part et d’autre de la frontière, nous constatons que nos préoccupations sont les mêmes : nous cherchons tous à co-créer de l’innovation au service du développement des entreprises », se réjouit-on à une autre table.

Au fil du brainstorming, on comprend que le club rêvé des designers ne doit pas être constitué seulement de designers mais que tous les maillons de la profession doivent être représentés, du fabricant jusqu’à l’utilisateur.
« Nous devons promouvoir le design et expliquer ses bénéfices pour n’importe quel business : le réseau TRIPOD-II doit être là pour magnifier une idée et la rendre durable à tous les points de vue, que ce soit au niveau économique ou bonnes pratiques », ajoute un autre groupe.

Les idées ont fusé, de la proposition d’un couchsurfing dédié au design à un week-end où les start-ups pourraient montrer leurs innovations, en passant bien sûr par une communication accrue sur les bienfaits du design dans les écoles et les entreprises. TRIPOD-II a réussi en une journée à créer un bouillon d’idées : il n’y a plus qu’à transformer l’essai.
Vous êtes un centre de recherche, une start up ou une PME ayant un matériau, un outil, un processus ou une stratégie sur lesquels des designers peuvent se pencher ?

TRIPOD-II projette justement d’organiser des futures rencontres au sein même des entreprises. C’est une occasion unique de rencontrer les designers des trois régions, Hauts de France, Wallonie et Flandre.